MPCT - Mouvement pour la Paix et contre le Terrorisme
Accueil du site > 07. Articles > Face au terrorisme : déni, apologie ou mobilisation ?

Face au terrorisme : déni, apologie ou mobilisation ?

vendredi 26 juillet 2013, par MPCT

Il est des chiffres que ne font pas la une.

En Irak en ce mois de juillet plus de 600 personnes ont été tuées dans des attentats, principalement attribués à Al Qaida.

Les victimes sont en en grand majorité des civils, hommes, femmes et enfants.

Dans la seule soirée de samedi 20 c’est 65 personnes ont été tuées et 190 blessées à Bagdad.

Le terrorisme reste largement ignoré, ses victimes encore plus, alors que jour après jour, les bombes détruisent, tuent, meurtrissent et désespèrent.

Hommes piégés acteurs des attentats « suicides », voitures piégées, tout est bon pour semer la mort. Récemment en Afghanistan c’est à un âne piégé que les terroristes ont eu recours.

Des centaines de victimes anonymes presque toujours sans nom, sans visages, déshumanisées.

Nous ne savons rien ou presque des victimes du terrorisme et du chagrin de leurs familles.

Par exception, L’Orient le Jour nous apprend que deux des victimes du carnage de Bagdad samedi dernier étaient deux frères, Alaa et Abbas et que leur aîné avait déjà été tué dans un attentat il y a 6 ans. (1)

Et leurs assassins ?

Gageons que des vidéos à leur gloire circulent déjà pour glorifier leurs « exploits » et recruter d’autres candidats au djihad.

Peut-être leurs portraits seront-ils un jour exposés dans un grand musée parisien sous couvert d’art et de liberté d’expression puisqu’il y a un précédent ?

Peut-être, si tant est que leurs complices et commanditaires soient un jour jugés et condamnés, des campagnes seront-elles lancées pour exiger leur libération ?

Peut-être quelques otages seront-ils enlevés pour mieux l’obtenir ?

Et d’aucuns continueront à disserter sur les causes du terrorisme.

A les rechercher dans l’orient compliqué, dans l’occident coupable, dans l’intervention américaine, dans l’Occupation (avec un grand O, comprendre l’occupation israélienne, à ne pas confondre avec les occupations précédentes, égyptienne et jordanienne des mêmes territoires ni avec l’occupation turque de Chypre ou l’occupation chinoise du Tibet.)

Certes, rechercher les causes, chercher à expliquer n’est pas justifier mais on ne peut que constater combien cette recherche se rapproche souvent dangereusement de la légitimation.

Or celle-ci est sans doute aussi dévastatrice que le terrorisme lui-même.

La société est-elle donc condamnée à choisir ente le déni du terrorisme et sa légitimation ?

Non !

Une autre route est possible mais elle est à construire : celle de la résistance universelle au terrorisme. Celle de la condamnation inconditionnelle du terrorisme, pré-requis de la conscience universelle.

Celle de l’humanisme de Camus qui aurait bientôt 100 ans.

Notre manière de lui rendre hommage c’est d’essayer de jalonner le chemin de cette résistance au terrorisme.

Ce sera le thème de la Conférence que le Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme organisera à Paris le 23 octobre prochain : « Résister au terrorisme, la leçon d’Albert Camus. » (2)

Un programme urgent.

Huguette Chomski Magnis

Secrétaire générale du MPCT

(1) http://www.lorientlejour.com/article/825041/-les-enfants-sont-morts-alaa-abbas-ali-maintenant-jai-trois-martyrs-.html

(2) http://www.mpctasso.org/spip.php?article1200

Mpctasso.org - © 2013 Tous droits réservés | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0