MPCT - Mouvement pour la Paix et contre le Terrorisme
Accueil du site > 07. Articles > "Sauver les enfants du terrorisme" par Fazal ur Rehman Afridi

"Sauver les enfants du terrorisme" par Fazal ur Rehman Afridi

lundi 24 mars 2014, par MPCT

Nous poursuivons la publication des contributions à la conférence du 23 octobre 2013 "Résister au terrorisme, la leçon d’Albert Camus" avec l’exposé du journaliste Fazal Ur Rehman Afridi dans la table ronde "Relever les défis du terrorisme aujourd’hui" présidée par Malka Marcovich.

Pour voir l’enregistrement de l’intervention de Fazal ur Rehman Afridi :

https://www.youtube.com/watch?v=tmTia5bRTGQ

LES ENFANTS VICTIMES DU TERRORISME AU PAKISTAN

Avant d’aborder le sujet du terrorisme sur nos enfants dans la région Af -Pak , je voudrais discuter certains faits importants ici en France. Je vois une sorte d’augmentation de la radicalisation ici en France qui est à la fois manifeste dans des actions et dans la psychologie de certains islamistes, ce qui me semble être une tendance dangereuse.

Lorsque nous voyons d’une part, qu’une jeune fille du nom de Malala, menacée et attaquée par les talibans, est toujours critiquée , même maintenant , tant par les extrémistes que par les soi-disant libéraux parce qu’elle voulait juste aller à l’école et voulait la même chose pour les autres filles du Pakistan. Elle est une héroïne et un symbole de la liberté d’expression partout dans le monde, mais a été controversée dans son propre pays par l’establishment politique et militaire du Pakistan.

D’autre part , ici en France , nous voyons que les islamistes critiquent , harcelant et même attaquant physiquement un imam modéré Hassen Chalghoumi de Drancy , simplement parce qu’il veut le dialogue inter-religieux entre les musulmans et les juifs.

Ces deux histoires montrent des parallèles dans la radicalisation dans un pays déchiré par la terreur comme le Pakistan et un pays laïque, libéral et démocratique comme la France. Bien sûr , le niveau du terrorisme physique est proche de rien ici, en France . Mais la chose la plus dangereuse que je vois ici, c’est la radicalisation mentale d’une petite partie de la population musulmane ici en France. Le problème ne s’arrête pas là. Ce petit groupe radicalisé est si puissant qu’il impose son interprétation e l’Islam sur les autres musulmans modérés. Sous l’influence, les menaces, les pressions de ce groupe islamiste , la majorité silencieuse et docile est forcée d’accepter l’interprétation radicale et djihadiste de l’islam. A la fin , nous voyons la jeune génération qui est de plus en plus radicalisée .

J’ai lu quelques rapports sur la radicalisation et l’extrémisme dans les prisons du Royaume-Uni. Les groupes radicaux sous l’influence d’Al- Qaïda et les salafistes intimident et menacent les autres détenus qui doivent suivre leur interprétation de l’islam ou se préparer à être battus physiquement. Ils distribuent ouvertement la littérature islamique glorifiant le djihad et le message de haine. Même les détenus non - musulmans sont forcés de se convertir à l’islam pour être protégés.

Je n’ai pas de faits et chiffres sur les prisons ici en France mais l’épisode tragique de Mohammed Merah nous montre que le même phénomène se déroule en France. Donc , le problème de la radicalisation et la propagation de l’islam radical par les islamistes est très dangereux et complexe. Pour cela, des problèmes complexes nous demandent les solutions innovatrices.

Pour moi, deux choses sont très importantes pour s’attaquer à ce problème.

Tout d’abord, les islamistes doivent recevoir un message clair que la France en tant que pays laïque libéral et démocratique ne tolérera pas l’imposition de l’islam radical sur ses citoyens et que les islamistes qui ignorent ce message seront punis d’une main de fer. Les radicaux doivent être faits exemple pour les autres Musulmans en les punissant de manière extraordinaire.

D’autre part, nous devons gagner les cœurs et les esprits de la majorité silencieuse qui ont besoin d’un fort soutien du gouvernement pour résister aux éléments radicaux ici en France. Le gouvernement ne peut pas rester de côté et voir les radicaux se développer. Le gouvernement doit protéger la majorité des musulmans et même des chrétiens et des juifs de ces radicaux qui sont déterminés à détruire les fondements mêmes de la République française.

La troisième dimension du problème est internationale. Si l’Occident ne permet pas de résoudre la radicalisation et l’extrémisme dans des pays comme le Pakistan et l’Afghanistan, nous allons les avoir ici demain. Donc, tout comme l’intervention au Mali, des actions sont nécessaires en Afghanistan et au Pakistan. Sinon, nos enfants ici en Europe sont juste à un clic des radicaux et des terroristes. Le problème, c’est qu’il y a une limite à l’intelligence technique et humaine. Une petite erreur de jugement peut conduire à une grande catastrophe comme le 11/9 ou 7/7. Ainsi, des lois sévères, la vigilance interne, un œil attentif sur les développements internationaux et des programmes novateurs de gagner les cœurs et les esprits sont les besoins de l’heure.

Maintenant, j’en viens au terrorisme sur les enfants et vais discuter et analyser le rapport annuel 2012 publié par l’IRESK.

En 2012, plus de 141 enfants ont été tués et 207 ont été blessés au Pakistan dans des attaques terroristes dans différentes parties du pays, la majorité d’entre eux ont été tués dans KP (Khyber Pakhtunkhwa) et dans les FATA (région tribale dans nord-ouest du Pakistan) . Selon les statistiques recueillies par l’IRESK, on signale plus de 91 écoles bombardées et détruites par les Taliban et des bandes terroriste au Pakistan. Le rapport annuel de l’Observatoire des conflits (CMC) indique que les terroristes ont bombardé et détruit 81 écoles l’an dernier.

En 2011, 250 enfants sont morts dans les conflits armés dans différentes régions du pays . La majorité ont été tués dans les FATA et KP. Le Rapport Global 2012, Education pour tous indique que le Pakistan a un total de 5,1 millions d’enfants qui vont pas a l’école, ce qui en fait le deuxième pays du monde pour le taux d’enfants non–scolarisés. Sixième pays le plus peuplé, le Pakistan est confronté à la crise de l’éducation. Les « militants » ont détruits jusqu’à 839 écoles de Khyber Pakhtunkhwa (KPK) et les zones tribales sous administration fédérale (FATA) de 2009 à 2012.

C’est très important de noter que les enfants de moins de 18 ans constituent environ 50 pour cent de la population du Pakistan. C’est plus que la population des jeunes de la plupart des pays dans le monde. Après le 18e amendement, à l’article 25-A l’ éducation est désormais un droit fondamental de chaque enfant au Pakistan. Il est obligatoire pour l’État de protéger et de promouvoir ce droit.

Selon l’article 9 de la Constitution (sécurité des personnes), il est le premier devoir de la province ainsi que du gouvernement fédéral pour protéger la vie et les biens des enfants.

Lorsque l’état du Pakistan n’a pas réussi à offrir une éducation décente à ses jeunes, les madrasas et séminaires de différentes sectes soutenues par les pétrodollars de l’Arabie saoudite et les EAU ont prospéré dans tous les coins du Pakistan et inscrit les jeunes par centaines de milliers. Ils propagent l’idéologie du djihad et de la haine, ces étudiants de Maressahs connus sous le nom des taliban ont adopté l’interprétation médiévale de 7ème siècle tribal arabe, l’Islam à la lettre et à l’esprit et ont commencé à brutaliser les populations en Afghanistan et au Pakistan avec la complicité active de l’establishment militaire du Pakistan.

Le pays est devenu une destination importante pour les musulmans radicalisés de partout dans le monde, y compris les pays occidentaux, de mener une guerre sainte (jihad) contre les infidèles. Le nombre de recrues étrangères introduites en contrebande dans la région tribale du nord-ouest connue sous le nom FATA est en augmentation avec des conséquences dangereuses non seulement pour la région AF- PAK mais le monde entier.

La barbarie des talibans, le réseau du Haqqani, le Lashkar -e- Jhangvi , et d’autres groupes terroristes affiliés d’Al-Qaïda peut être mesuré par le fait que même le chef de guerre afghan Gulbuddin Hekmatyar et le destructeur de Kaboul avec Ahmad Shah Massoud ( le seigneur de guerre de vallée de Panjshir) dans une interview a condamné la stratégie du TTP de bombarder les écoles et de bloquer l’éducation des filles .

Les enfants, leurs écoles et leurs enseignants sont régulièrement attaqués par des talibans et d’autres groupes terroristes.

Le 9 Octobre 2012, un Taliban armé a tiré sur Malala Yousafzai, une étudiante de 15 ans, originaire de Swat, une ardente défenseure du droit des enfants à l’éducation dans. Le TTP a revendiqué la responsabilité de l’attaque. L’attaque contre Malala a abouti à la condamnation unanime de tout le spectre politique au Pakistan.

Selon un rapport publié par Human Rights Watch, une ONG américaine, les groupes terroristes ont attaqué et bombardé plus de 100 écoles en 2012. Un climat de peur entrave la couverture médiatique des forces de sécurité gouvernementales et des groupes terroristes. Les journalistes ont rarement signalé les violations des droits humains commises par l’armée dans les opérations de contre-terrorisme, et les groupes armés talibans et d’autres ont menacé régulièrement les médias pour leur rapports sur l’actualité. Par crainte de représailles, les journalistes au Pakistan ont tendance à faire attention à ce qu’ils déclarent. Mais la jeunesse de Swat est également consciente des conséquences de la liberté d’expression. Une stratégie intégrée peut conduire vers des solutions au problème complexe de la violence et du terrorisme contre les enfants et les abus contre les femmes et les filles au Pakistan.

John Kerry, le secrétaire d’État a résumé la philosophie de IRESK , en disant « Je suis prêt à travailler pour la paix dans le monde, je vais prendre toutes les mesures pour éradiquer le terrorisme et travailler pour la promotion de l’éducation des filles Pakistan. »

Nous pensons que grâce à l’éducation et la sensibilisation, nous pouvons lutter contre la menace du terrorisme.

Les forces des ténèbres talibans et les bandes terroristes sont bien conscients de la puissance de l’éducation et de sa douce influence sur les générations futures ,c’est pourquoi ils sont résolus à attaquer systématiquement les écoles, les enfants et les enseignants pour ne pas attraper la lumière de l’enseignement. Cette lumière et la sensibilisation peuvent protéger les centaines d’enfants, pour qu’ils ne soient pas utilisés comme « kamikazes ». L’éducation peut donner la force et le courage aux enfants et à leurs parents pour tenir ferme contre les forces des ténèbres comme l’a fait MALALA.

Nous croyons fermement que le Pakistan a besoin de vastes réformes de l’éducation et la nécessité de moderniser son programme le rend compatible avec les valeurs universelles et supprimer pour toujours l’instigation à la haine et au meurtre.

Une déclaration récente du ministre de l’Information Mian Iftikhar Hussain qu’un grand nombre de personnes (kamikazes) arrêtées étaient des garçons de 13 ou 14 ans, montre clairement que la majorité des kamikazes sont des enfants, qui confirment les déclarations antérieures de IRESK que les enfants sont enlevés en grand nombre par les talibans et les terroristes pour être endoctrinés et utilisé plus tard comme « kamikazes » .

Il est vraiment choquant de constater que l’un des terroristes suicide pour tuer l’ancien Premier ministre du Pakistan était un garçon de 15 ans. Pendant les enquêtes sur le cas Bhutto, le gouvernement du Pakistan a arrêté un garçon nommé Aitzaz Shah, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa. Shah a déclaré aux enquêteurs qu’il a été déployé comme le " terroriste de sauvegarde " de l’assassinat de Bhutto par les Talibans.

L’enlèvement , la torture et le meurtre des enfants est un fléau bien connu au Pakistan, mais les terroristes ont ouvert un nouveau front en bombardant et détruisant les écoles et les hôpitaux pour priver les enfants de l’éducation et de la santé. Selon un fonctionnaire du ministère de l’Éducation près de 3.400 écoles ont été détruites par les terroristes et Désastres naturels dans la province de Khyber Pakhtunkhwa.

Les chiffres réels sont plus élevés parce que FATA a été soumis à un complet black out de l’information par le gouvernement du Pakistan, les journalistes locaux et étrangers ne sont pas autorisés à y entrer et faire des reportages. En conséquence, les terroristes et militaires sont en train de tuer des enfants innocents et des femmes dans des tirs d’artillerie et des avions -bombardiers .

Cette affaire très controversée sur le blasphème d’une fillette chrétienne de 11 année, Rimsha Masih est une autre révélation pour la communauté internationale de la montée de l’intolérance , la violence et la terreur sur les enfants, où un chef de la prière a mélangé les pages du Coran avec les pages déjà brûlés pour impliquer et d’accuser la jeune fille de blasphème. Il est évident que les leaders religieux extrémistes ont systématiquement recours à cette loi largement controversée pour régler des comptes personnels et expulser les minorités au Pakistan dans les zones dominées par la majorité musulmane. Maintenant, même les enfants ne sont pas épargnés par ces fanatiques. Il y a sérieusement besoin de réformer et / ou annuler cette loi, suspendue comme une épée au cours des minorités. Nous exigeons que le gouvernement du Pakistan libère cette jeune fille innocente et la protège des foules religieusement incitées à commettre des crimes car ils croient en la justice populaire et se considèrent comme au-dessus de la loi.

L’UE et États-Unis ne doivent pas cacher le fait que le Pakistan est impliqué dans presque tous les actes terroristes perpétrés dans la région. Les deux devraient se concentrer sur le Pakistan qui sert de laboratoire pour le terrorisme. Le Pakistan est un sponsor du terrorisme, état déterminé à atteindre une profondeur stratégique en Afghanistan et en créant de l’instabilité en Inde par la guerre asymétrique ( terrorisme). Le Pakistan doit être averti pour faire face à des conséquences s’il n’arrête pas de financer le terrorisme à travers le service secret militaire ISI. Il est dans des camps terroristes Al-Qaïda-ISI- talibans dans les régions frontalières avec l’Afghanistan où les enfants subissent un lavage de cerveau , sont formés et envoyés se faire exploser pour des attentats -suicides au Pakistan et en Afghanistan.

Une campagne mondiale est nécessaire. Une approche globale, couvrant tous les aspects du terrorisme est nécessaire pour extirper le terrorisme et protéger nos enfants. Nous devrions avoir le courage de tenir ferme contre les terroristes et dire « non au terrorisme ». Nous pensons que les leçons n’ont pas été tirées, même maintenant.

L’IRESK tient à rappeler à la communauté internationale que les enfants sont un groupe particulièrement vulnérable en raison de leur âge, le développement physique et mental, et par conséquent, ils nécessitent des soins et une protection spéciales. Les normes internationales relatives aux droits de l’enfant qui ont évolué au cours de plusieurs décennies sont immortalisées dans plusieurs documents internationaux. En 1924, bien avant la création de l’ONU, la Ligue des Nations a élaboré et adopté la Déclaration de Genève sur les droits de l’enfant. la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptés par les Nations Unies en 1948, et les Pactes internationaux de 1966. L’article 24 , paragraphe 1, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, en 1959 , la Déclaration des droits de l’enfant des Nations Unies de 1959 , la Convention relative aux droits de l’enfant de 1989 doivent être respectés , ratifiés et mis en œuvre dans la lettre et l’esprit par l’Etat du Pakistan tenu de protéger ses enfants contre tout type de violence particulièrement la menace du terrorisme.

Nous demandons aux Etats-Unis , à l’UE, l’ONU , l’UNICEF et au Conseil de sécurité de l’ONU de faire pression sur le gouvernement du Pakistan et de toutes les parties (y compris les talibans ) de respecter les résolutions du Conseil de sécurité pour la protection des enfants et assumer les conséquences en cas pertinents des Nations Unies et d’échec. Nous exhortons l’ONU à mobiliser la communauté internationale pour les enfants oubliés du Pakistan et de l’Afghanistan qui ont été systématiquement privés d’éducation, le droit d’exprimer leur opinion, le droit à la vie saine et le droit de vivre. Nous demandons également au Conseil de sécurité des Nations Unies de déclarer le terrorisme sur les enfants comme l’une des violations les plus graves des droits humains.

Fazal-ur Rehman Afridi President Institut de recherche et d’études stratégiques de Khyber (IRESK)

Email : president@iresk.org Email : institut.de.khyber@gmail.com Website : www.iresk.org Blog : www.khyberinstitute.wordpress.com Mobile : +33634186870

Mpctasso.org - © 2013 Tous droits réservés | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0